Read this in English

Cette observation a été écrite par Caroline Winter.

En bref:

Titre Science Ouverte et COVID-19
Créateur n/a
Date de publication n/a
Mots clés libre accès, science ouverte, données ouverte

Étant donné que la pandémie de COVID-19 a forcé les institutions de recherche du monde entier à fermer temporairement les campus et à passer au travail et à l’apprentissage en ligne, elle a également incité les chercheurs à rendre leurs recherches sur le COVID-19 ouvertement disponibles comme jamais auparavant.

À peine quelques semaines après l’apparition des premiers cas, des chercheurs chinois ont partagé des données sur la structure du nouveau coronavirus dans la banque de données de protéines en accès libre (Burley 2020). Et, comme le véritable impact du virus sur la société dans son ensemble et la société universitaire en est devenu clair, un groupe de conseillers scientifiques en chef de 16 pays, dont l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni, a signé une lettre ouverte appelant les éditeurs à ouvrir immédiatement des recherche sous une forme lisible par l’homme et la machine (Gouvernement du Canada 2020).

En réponse à cet appel et à d’autres appels similaires, de nombreux éditeurs – dont Elsevier, Springer Nature et Wiley – ont publié toutes les recherches liées au COVID-19 comme libre accès au pendant la durée de la pandémie. Début avril, plus de 6 000 articles de recherche connexes avaient été publiés, de nombreux en libre accès et dans des référentiels de préimpression tels que arXiv et medRxiv (Baker 2020). Le 27 avril, l’Open Access Scholarly Publishers Association (OASPA) a publié une lettre ouverte signée par un groupe d’éditeurs universitaires appelant la communauté à rationaliser le processus de publication de la recherche connexe de plusieurs manières, notamment en faisant des prépublications et des données de recherche ouvertement, dans afin de rendre plus rapidement disponibles les informations relatives à COVID-19.

De nombreuses collections de recherches ouvertes et de ressources liées à COVID-19 sont également disponibles, dont plus de 200 sont répertoriées dans Open Science Since COVID-19: Open Access + Open Data. Début juin, SPARC rapporte que les 59000 articles de l’une de ces collections, le COVID-19 Open Research Dataset (CORD-19), ont été téléchargés 18 millions de fois (SPARC 2020).

Réponses à COVID-19 par le partenariat INKE

Comme pour de nombreuses autres organisations, plusieurs partenaires INKE ont annulé des rassemblements en personne ou sont passés à des événements virtuels.

La Fédération des sciences humaines et sociales, par exemple, a annulé le congrès en personne de cette année, mais a soutenu plusieurs associations dans la tenue de réunions virtuelles dans le cadre de sa semaine des conférences virtuelles 2020. Elle présente également plusieurs articles sur les réponses des chercheurs en sciences humaines et sociales au COVID-19 sur son blogue.

De même, le Digital Humanities Summer Institute (DHSI) a reporté ses cours en personne cette année mais a accueilli virtuellement plusieurs événements affiliés. DHSI 2020 – Online Edition était ouvert à tous avec une inscription gratuite, attirant un groupe de plus de 1200 participants du monde entier.

Calcul Canada a lancé un portail de recherche qui donne accès à des ressources de calcul de recherche intensif, y compris le calcul et le stockage haute performance, la consultation et des informations sur les possibilités de financement pertinentes. Il met également en évidence la recherche COVID-19 au Canada rendue possible par les ressources de calcul de recherche intensif, y compris Arbutus, le plus grand des cinq nuages ​​informatiques de recherche au Canada. Arbutus est hébergé par l’Université de Victoria en partenariat avec Calcul Canada et WestGrid, et est utilisé par le projet Folding @ home, un effort de collaboration international pour analyser la structure protéique du virus qui cause COVID-19.

L’Association canadienne des bibliothèques de recherche (ABRC) continue d’appuyer la communauté canadienne de la recherche en demandant des changements aux licences et aux restrictions d’utilisation afin de permettre un accès plus large au matériel de recherche et d’apprentissage face à la fermeture des bibliothèques universitaires. L’ABRC coordonne également les efforts d’archivage Web de COVID-19 au Canada et a publié un modèle de droits d’auteur pour la prestation de cours numériques afin d’aider les bibliothèques universitaires à guider leurs communautés dans leur transition á l’enseignement en ligne. En partenariat avec le Conseil des bibliothèques universitaires de l’Atlantique (CAUL – CBUA) et la Fédération canadienne des associations de bibliothécaires (CFLA – FCAB), l’ABRC a organisé un webinaire le 24 juin sur la discussion du prêt numérique contrôlé (« controlled digital lending »), une technologie utilisée par Open Libraries d’Internet Archive, dans le contexte de l’accès limité aux collections des bibliothèques pendant la pandémie et à la National Emergency Library. Ces activités sont entreprises dans le contexte des efforts continus de l’ABRC pour soutenir la science ouverte au Canada, tel que discuté dans le rapport Advancing Open: Views from Scholarly Communications Practitioners (2020).

Le Public Knowledge Project (PKP) aide les instructeurs à déplacer leurs cours en ligne avec des ressources pour utiliser Open Journal Systems (OJS) pour des projets de revues de cours. Kate Shuttleworth note que ces types de projets sont bien non seulement adaptés à l’apprentissage en ligne mais sont également des exemples de la pédagogie ouverte dans laquelle les étudiants produisent des connaissances, qui peuvent elles-mêmes être ouvertes à la communauté plus large (Shuttleworth 2020).

COVID-19 et la science ouverte

Compte tenu de ce mouvement rapide vers le libre accès et les pratiques savantes ouvertes, les défenseurs du libre accès appellent à un changement permanent.

Dans un article pour le blog de la LSE, Vincent Larivière, Fei Shu et Cassidy Sugimoto affirment que COVID-19 révèle une vérité inconfortable que le modèle actuel de l’édition savante ne répond pas aux besoins des chercheurs ou de la société (2020). Bien qu’ils saluent les engagements du Wellcome Trust et d’autres à rendre accessible la recherche liée au COVID-19 et aux futures crises de santé publique, ils se demandent comment ces crises seront définies et soulignent la nécessité de recherches dans des domaines associés – dans ce cas, des domaines tels que comme neurologie et pharmacologie – être également en libre accès (Larivière et al 2020).

Dans le même ordre d’idées, Victoria Heath et Brigitte Vézina soulignent dans un article sur le blog Creative Commons que les urgences sanitaires mondiales nécessitent le type de collaboration internationale ouverte que nous avons vu dans la lutte contre le COVID-19, qui peut être atteint que lorsque la recherche est librement et ouvertement disponible. Dans ce contexte, Creative Commons réaffirme son soutien aux politiques libre accès telles que Plan S et la politique UKRI OA (voir « Plan S et cOAlition S » et « Examen et consultation de la politique de l’URKI sur libre accès » (2020).

Une déclaration de SPARC Europe résume le point clé de ces déclarations et d’autres récentes concernant la bourse ouverte à l’ère de COVID-19, selon laquelle bien que nous avons fairent beaucoup de progrès en science ouverte, nous ne doit pas retourner en activités comme d’habitudes (2020)

Comme le suggère cet instantané, le paysage savant a changé rapidement au cours des derniers mois en réponse à la pandémie, et continuera sans aucun doute à le faire à mesure que la situation mondiale évolue.

Ouvrages citées

Baker, Simon. 2020. « Huge Covid-19 Output Prompting ‘Sea Change’ in Access to Research. » Times Higher Education (THE), 9 april 2020. https://www.timeshighereducation.com/news/huge-covid-19-output-prompting-sea-change-access-research.

Burley, Stephen K. 2020. « How to Help the Free Market Fight Coronavirus. » Nature, 24 mars 2020. https://www.nature.com/articles/d41586-020-00888-7.

Gouvernement du Canada. 2020. « Demande d’un accès libre aux publications sur la COVID-19. » 13 mars 2020. https://www.ic.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/h_98016.html.

Heath, Victoria, et Brigitte Vézina. 2020. « Now is the Time for Open Access Policies—Here’s Why. » Creative Commons. 19 mars 2020. https://creativecommons.org/2020/03/19/now-is-the-time-for-open-access-policies-heres-why/.

Larivière, Vincent, Fei Shu, et Cassidy Sugimoto. 2020. « The Coronavirus (COVID-19) Outbreak Highlights Serious Deficiencies in Scholarly Communication. » LSE (blog). 5 mars 2020. https://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2020/03/05/the-coronavirus-covid-19-outbreak-highlights-serious-deficiencies-in-scholarly-communication/.

Shuttleworth, Kate. 2020. « OJS in the Online Classroom: Engaging Students with Course Journals. » Public Knowledge Project, 15 juin 2020. https://pkp.sfu.ca/2020/06/15/ojs-in-the-online-classroom-engaging-students-with-course-journals/.

SPARC. 2020. « Strong Community Response to Free Scholarly Article Access to Fight COVID-19. » SPARC, 19 mai 2020. https://sparcopen.org/news/2020/strong-community-response-to-free-scholarly-article-access-to-fight-covid-19/.

SPARC Europe. 2020. « Open Science in the Era of Coronavirus. » SPARC Europe. 2020. https://sparceurope.org/covid-19-and-open-science/.