Read this in English

Cette observation a été écrit par Caroline Winter et Jesse Thomas-Kern, avec remerciements à Julia Bullard, Caitlin Horrall, Natalie MacDonald, Rebecca Ross et Annie Wolfe pour ses commentaires et contribution.

En bref:

Titre La décolonisation des métadonnées de Canadiana
Créateur Le réseau canadien de documentation pour la recherche (CRKN–RCDR)
Date de publication January 25, 2022
Mots clés RCDR, activités des partenaires, infrastructure ouverte

En janvier 2022, le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) a annoncé que la première phase de ses efforts pour décoloniser les métadonnées des collections Canadiana était achevée. Ce projet en trois phases a été initialement défini dans le cadre du plan stratégique 2019-2024 du RCDR et relève de son premier objectif stratégique, « transformer les communications savantes ». Plus précisément, le RCDR vise à « Donnera l’exemple en augmentant l’accessibilité et la découvrabilité décolonisée des dynamiques collections de Canadiana, afin de garantir que ces contenus uniques sont disponibles pour la recherche et l’utilisation personnelle, dès maintenant et pour les générations à venir » (RCDR 2019, 3).

Les collections Canadiana, qui comprennent la collection Canadiana et la collection Héritage, ont été confiées au RCDR en 2018, dans le cadre de la fusion entre le RCDR et Canadiana.org (voir Bengtson et Shepstone 2020). La collection Canadiana comprend plus de 96 000 titres ou 19 millions de pages de documents historiques numérisés, la plupart publiés avant 1921. La collection Héritage est développée en partenariat avec Bibliothèque et Archives Canada (BAC) et comprend environ 40 millions de pages de documents de source primaire datant des années 1600 au milieu des années 1900 (RCDR 2022a). Les efforts actuels pour décoloniser les métadonnées s’appliquent à la collection Canadiana, mais les efforts futurs incluront également Héritage. Dans son annonce, le RCDR explique que,

Le contenu de ces collections a été créé au cours de cinq siècles. Il racont une histoire incomplète, souvent déformée et parfois néfaste du Canada. De plus, les descriptions de contenu, des métadonées et des ressources des collections Canadiana contiennent un langage qui reflète les préjugés, les normes et les perspectives de l’époque à laquelle ils ont été créés. (RCDR, 2022b)

L’objectif de la mise à jour des métadonnées de la collection Canadiana est de remplacer les métadonnées inappropriées et néfaste et, comme l’indique Natalie MacDonald, d’assurer une représentation juste et équitable dans les documents en veillant à que les descriptions correspondent à la façon dont les groupes de personnes veulent être représentés (CRKN RCDR 2019). Ces descriptions révisées seront intégrées aux notices MARC (« Machine-readable cataloguing ») pour les collections Canadiana et partagées avec les institutions qui ingèrent ces notices.

La phase I, achevée en 2021, visait à remplacer « Indians of North America » par « Indigenous peoples » et « Indiens d’Amérique—Amérique du Nord » par « Autochtones ». « Amérique du Nord » a été remplacé par des termes plus spécifiques, le cas échéant (RCDR 2022b). Le projet est guidé par le Comité de préservation et d’accès (CPA) du RCDR, qui examine et formule des recommandations concernant le développement et la gestion des collections Canadiana et de la plateforme du Dépôt numérique fiable (DNF) et les services et capacités associés (RCDR 2021).

En préparation de la deuxième phase du projet, le RCDR a élaboré une feuille de calcul de vedettes-matières provisoires qui s’appuie sur le travail de diverses organisations autochtones et « GLAM » (galeries, bibliothèques, archives et musées), y compris l’Alliance nationale des connaissances et langues autochtones, la Fédération canadienne des associations de bibliothèques, la Greater Victoria Public Library, le Manitoba Archival Information Network, la X̱wi7x̱wa Library de l’Université de la Colombie-Britannique et les sites Web des organisations communautaires autochtones. Il s’agit d’un document évolutif, et le RCDR invite les contributions et les commentaires.

La phase II de la décolonisation des métadonnées de Canadiana est en cours et comprend la suppression du terme « Indien » des vedettes-matière indiquant les communautés individuelles et la mise à jour des noms et de la terminologie autochtones en utilisant les conseils des communautés autochtones et les travaux préexistants des organisations GLAM (RCDR 2022b). Les phases futures comprendront la révision des vocabulaires non contrôlés, comme dans les champs de notes des enregistrements de métadonnées (CRKN RCDR 2019).

Les efforts du RCDR pour décoloniser les métadonnées des collections Canadiana s’inscrivent dans le contexte des efforts de décolonisation plus larges de la communauté GLAM internationale, y compris les travaux entrepris par BAC. Dans les appels à l’action du Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR) de 2015, par exemple, l’appel no. 69 demande à BAC « d’adopter et de mettre en œuvre » la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (10), qui stipule que « Les peuples autochtones ont le droit […] de choisir et de conserver leurs propres noms pour les communautés, les lieux et les personnes » (Nations Unies 2007, 13). Étant donné que l’initiative de décolonisation des métadonnées de BAC est actuellement en cours – comme décrit dans son Plan d’action pour le patrimoine autochtone (BAC 2019) – la feuille de calcul des vedettes-matières du RCDR a été développée comme une mesure provisoire (RCDR 2022b).

Ces mesures s’appuient sur les efforts antérieurs visant à améliorer la représentation des peuples autochtones dans les systèmes de classification. Dans les années 1970, Alex Brian Deer a créé le Système de classification Brian Deer comme alternative aux systèmes de classification Dewey Decimal et Library of Congress, qui perpétuent une fausse compréhension des peuples autochtones en tant qu’artefacts historiques en les répertoriant par ordre alphabétique sous Histoire (Szeto 2020). Le Système de classification Brian Deer a été adopté par diverses communautés autochtones, notamment la X̱wi7x̱wa Library, les archives du conseil tribal Carrier Sekani et l’Institut culturel cri Aanischaaukamikw.

Décoloniser les métadonnées dans la presse

Les efforts connexes pour décoloniser les métadonnées au Canada ont été couverts dans la presse. En septembre 2020, CBC a interviewé l’archiviste du Carrier Sekani Tribal Council, Kat Louro, qui utilise le Système de classification Brian Deer car, contrairement à la Library of Congress, il permet d’organiser les collections liées aux communautés autochtones par lieu (Szeto 2020).

En 2018, CTV News s’est entretenu avec un certain nombre d’universités canadiennes qui s’efforcent de supprimer la langue coloniale de leurs catalogues et archives, notamment l’Université de la Saskatchewan, l’Université de l’Alberta et l’Université métropolitaine de Toronto (alors l’Université Ryerson) (Rizza 2018).

Réponses du partenariat INKE

Comme le RCDR, d’autres partenaires et membres de l’INKE prennent des mesures vers la vérité et la réconciliation au Canada, notamment en décolonisant les infrastructures numériques telles que les métadonnées. Dans l’article « Knowledge Organization for Open Scholarship » (2019), par exemple, Julia Bullard, membre du partenariat INKE, affirme qu’INKE est prêt à entamer une conversation sur la façon dont l’infrastructure ouverte peut soutenir des systèmes d’organisation des connaissances réfléchissants, transparents et réactifs et demande, que signifierait créer des systèmes d’accès aux matières alignés avec l’ouverture, le multiculturalisme, et la décolonisation?

En 2019, les Bibliothèques de l’Université de Victoria (un partenaire INKE) ont nommé Ry Moran comme Bibliothèque universitaire associée – réconciliation. Les Bibliothèques note que cette nomination aidera à établir des liens plus solides au sein et au-delà de l’université pour travailler à la réconciliation (Abram 2020).

En 2019, l’Université Simon Fraser a accueilli Sorting Libraries Out: Decolonizing Classification and Indigenizing Description. L’événement, parrainé par les Bibliothèques SFU (un partenaire INKE), la Bibliothèque de l’Université de la Colombie-Britannique, les Bibliothèques de l’Université de l’Alberta et le Council of Prairie and Pacific University Libraries (COPPUL), a réuni des professionnels et professionnelles du patrimoine culturel autochtones et non autochtones, des universitaires, des professionnels et professionnelles de l’information et des chercheurs et chercheuses pour discuter et travailler à la décolonisation et à l’indigénisation des bibliothèques, y compris les métadonnées.

La Stratégie de numérisation du patrimoine documentaire du Canada (SNPD) met au premier plan son engagement envers la décolonisation dans son processus de planification stratégique en cours, y compris un engagement envers les appels à l’action de la CVR (voir « La stratégie canadienne de numérisation du patrimoine »). Après le transfert de son secrétariat au RCDR en 2020, le SNPD a entamé une vaste consultation communautaire sur son plan stratégique dans le but de « favoriser un paysage patrimonial axé sur l’inclusion, la vérité et la décolonisation » (SNPD s.d.). Les activités précédentes de la SNPD comprennant financer des efforts de numérisation décoloniale tels que le projet Shingwauk Residential Schools Centre’s Healing and Education Through Digital Access et un projet pilote de numérisation du contenu de quatre journaux autochtones publiés depuis plus de 80 ans.

Réponses de la communauté élargie

Considérant le projet de la décolonisation des métadonnées de Canadiana du point de vue des bibliothèques de droit, Michel-Adrien Sheppard souligne qu’il s’agit de l’un des nombreux projets des bibliothèques et des archives mondial pour décoloniser le catalogue de bibliothèque (2022). Pour Sheppard, l’importance de ce projet réside dans son lien avec les Canadian Subject Headings, un vocabulaire contrôlé pour décrire les documents sur le Canada maintenu par BAC et sur lequel les bibliothèques et associations de droit canadiennes fondent leurs vedettes-matières.

La communauté universitaire sur Twitter a répondu à l’annonce du RCDR avec enthousiasme.

Décoloniser les métadonnées Canadiana et la science ouverte

Comme Dean Seeman et Heather Dean en discutent, les métadonnées des bibliothèques et des archives sont hautement collaboratives avec une forte tradition de collaboration, contribution et réutilisation par des experts et expertes en catalogage et en création de métadonnées (2019). Bien que ces pratiques de réutilisation signifient que d’autres institutions peuvent intégrer les notices MARC des collections Canadiana révisées dans leurs propres systèmes, cela signifie également que les notices ont généralement créées et partagées de manière centralisée plutôt que locale.

Ce défi a été souligné lors du panel « Decolonizing Metadata » de la Conférence du RCDR sur l’accès au savoir 2019 (CRKN RCDR 2019), qui comprenait des conférenciers de BAC, de l’Université de la Saskatchewan et du RCDR. Annie Wolfe de BAC et Natalie MacDonald du RCDR ont expliqué que, bien que BAC soit en train de créer ses propres recommandations pour décoloniser les Canadian Subject Headings, les bibliothèques et les archives canadiennes utilisent également les Library of Congress Subject Headings, qui conservent un langage colonial inexact et préjudiciable concernant aux peuples autochtones du Canada. Deborah Lee, panéliste de l’Université de la Saskatchewan, a appelé tous les dirigeants et consortiums de bibliothèques canadiennes à plaider en faveur du maintien des changements locaux dans les vedettes-matières, car aucun chercheur ou chercheuse ne devrait utiliser ou être exposé à la terminologie offensante pour son peuple.

Comme le souligne Bullard, parce que les infrastructures d’organisation des connaissances telles que les métadonnées sont des constructions sociales, elles incarnent les croyances – et les préjugés – de leurs créateurs et créatrices (2019). Ils sont également le fondement de l’érudition, y compris l’érudition ouverte, et pour cette raison, l’élaboration de vedettes-matière inclusives et précises est une étape essentielle pour faire progresser la science ouverte au Canada.

 

Ouvrages citées

Abram, Lisa. 2020. « Truth and Reconciliation Leader to Advance Decolonization Work at UVic. » UVic News. https://www.uvic.ca/news/topics/2020+indigenous-libraries-rymoran+news.

BAC (Bibliothèque et archives Canada). 2019. Plan d’action pour le patrioine autochtone. https://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/patrimoine-autochtone/initiatives/Pages/plan-action.aspx.

Bengtson, Jonathan, et Carol Shepstone. 2020. « ‘Tourner en commun’ : La fusion de Canadiana.org avec le Réseau canadien de documentation pour la recherche/Canadian Research Knowledge Network. » Partnership: The Canadian Journal of Library and Information Practice and Research 15 (1). https://doi.org/10.21083/partnership.v15i1.6110.

Bullard, Julia. 2019. « Knowledge Organization For Open Scholarship.” Pop! Public. Open. Participatory, no. 1 (octobre). https://doi.org/10.21810/pop.2019.005.

Commission de vérité et réconciliation du Canada : appels à l’action. 2015. Commission de vérité et réconciliation du Canada : appels à l’action. Publications du gouvernement du Canada. https://publications.gc.ca/collections/collection_2015/trc/IR4-8-2015-fra.pdf.

CRKN RCDR. 2019. « CRKN Conference: Decolonizing Metadata – 18Oct – EN » (conference session recording). la Conférence du RCDR sur l’accès au savoir. Vimeo, 1:24:19. https://vimeo.com/373462736.

Nations unies. 2007. Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. https://www.un.org/development/desa/indigenouspeoples/wp-content/uploads/sites/19/2018/11/UNDRIP_F_web.pdf.

RCDR (Réseau canadien de documentation pour la recherche). 2019. Plan stratégique 2019-2024. CRKN–RCDR. https://www.crkn-rcdr.ca/fr/plan-strategique-2019-2024.

RCDR (Réseau canadien de documentation pour la recherche). 2021. « Comitzee de préservation et d’accès (CPA) » CRKN–RCDR. https://www.crkn-rcdr.ca/fr/comite-de-preservation-et-dacces.

RCDR (Réseau canadien de documentation pour la recherche). 2022a. « Collections de Canadiana. » CRKN–RCDR. https://www.crkn-rcdr.ca/fr/collections-de-canadiana.

RCDR (Réseau canadien de documentation pour la recherche). 2022b. « Décolonisation des métadonnées de Canadiana : un étape attendue depuis longtemps pour la suppression des vedettes-matières nuisibles. » CRKN–RCDR. https://www.crkn-rcdr.ca/fr/decolonisation-des-metadonnees-de-canadiana-une-etape-attendue-depuis-longtemps-pour-la-suppression.

Rizza, Alanna. 2018. « Canadian Universities, Colleges Working to Indigenize Programs, Campus Life. » CTV News. https://www.ctvnews.ca/canada/canadian-universities-colleges-working-to-indigenize-programs-campus-life-1.4070645.

Seeman, Dean, et Heather Dean. 2019. « Open Social Knowledge Creation and Library and Archival Metadata. » KULA: Knowledge Creation, Dissemination, and Preservation Studies 3 (février): 13–13. https://doi.org/10.5334/kula.51.

Sheppard, Michel-Adrien. 2022. « Updating Canadian Metadata for Indigenous Materials. » Slaw: Canada’s Online Legal Magazine, 28 janvier 2022. https://www.slaw.ca/2022/01/27/updating-canadian-metadata-for-indigenous-materials/.

SNPD (Stratégie de numérisation du patrimoine documentaire). s.d. « La stratégie. » https://snpd.ca/a-propos-de-la-snpd/la-strategie/.

Szeto, W. 2020. « B.C. First Nations Council is Moving to Indigenous-developed Library System. » CBC News. https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/cstc-library-dewey-brian-deer-1.5726732.