Read this in English

Cette observation a été écrit par Caroline Winter avec des remerciements à Inba Kehoe pour ses commentaires et contributions.

En bref :

Titre Le Projet « Review, Promotion, and Tenure »
Crèatuer Le Scholarly Communications Lab (ScholCommLab) à Université Simon Fraser
Date de publication n/a
Mots clés libre accès, science ouverte, révision, promotion et titularison

Lisez-le en anglais

Quel est le projet « Review, Promotion, and Tenure (RPT) » ?

Les directives en examen du rendement, de promotion et de titularisation ont été critiqués par certains comme des obstacles institutionnels qui ralentissent la transition vers science ouverte (voir Le film Paywall: The Business of Scholarship et Partner Response to Tri-Agency Statement of Principles on Digital Data Management. Le Project « Review, Promotion, and Tenure (RPT) » analyse les documents liés provenant d’universités américaines et canadiennes afin de déterminer comment la publication en libre accès et à l’abonnement sont encouragés et en quoi l’incitation influe sur la science ouverte.

Le projet est basé au ScholCommLab et dirigé par Juan Pablo Alperin, membre du partenariat INKE, qui est également Directeur de Faculté Associé du Public Knowledge Project et membre de le Canadian Institute for Studies in Publishing (CISP). Le projet découle de la recherche du ScholCommLab sur la science ouverte, dans laquelle les directives RPT étaient souvent citées comme des obstacles (Fleerackers 2018; Schimanski et Alperin 2018, 3).

Le projet RPT comporte deux phases. Au cours de la première phase, l’équipe du projet a analysé plus de 850 documents de 129 universités américaines et canadiennes décrivant les directives « RPT » au niveau des établissements et des départements. La méthode de l’étude est décrite en détail dans Alperin et al. 2018a et l’ensemble de données a été publié (Alperin et al. 2018b). La deuxième phase du projet, actuellement en cours, consiste à interroger les professeurs de ces établissements sur leur interprétation des lignes directrices et leur incidence sur leur travail (Fleerackers 2018).

Trois publications issues de la première phase du projet soulignent ses principales conclusions, notamment un désalignement entre les missions publiques des universités et les structures d’incitation décrites dans leurs documents « RPT », la reconnaissance de recherche de haute qualité comme facteur le plus important dans les évaluations de RPT et le défi de mesurer la qualité, et la fréquence à laquelle les documents RPT fort référence à des metrics tels que le facteur d’impact de la revue, et à quel effet.

Dans la première publication, « How Significant are the Public Dimensions of Faculty Work in Review, Promotion, and Tenure Documents? », Alperin, Carol Muñoz Nieves, Lesley Schimanski, Gustavo Fischman, Meredith Niles et Erin McKiernan ont lu les documents de 850 RPT rassemblés dans le cadre de la première phase du projet contre les missions publiques déclarées des universités. Ils identifient les tensions entre ces missions publiques et les types de résultats de recherche les plus valorisés, en fonction de la manière dont ces résultats sont récompensés (2018a). Ils constatent que, parmi les trois dimensions du travail du corps professoral—recherche, enseignement et service—le travail qui profite au public est le plus souvent classé comme service et est donc le moins valorisé aux fins du RPT. Les travaux qui bénéficient spécifiquement à la communauté universitaire, tels que la publication d’articles de revues, sont particulièrement appréciés. Parce que les articles publié en accès libre remplissent à la fois la mission publique de l’université et servent la communauté universitaire, Alperin et al. identifier l’absence d’incitation à ce mode d’édition comme une chance manquée significative (2018a, 25).

Dans la deuxième publication du project, « The Evaluation of Scholarship in Academic Promotion and Tenure Processes: Past, Present, and Future »,  Schimanski et Alperin (2018) examine la littérature existante sur les procédures RPT dans les universités américaines et canadiennes. Comme Alperin et al. (2018a), cette enquête révèle que la recherche a tendance à peser davantage dans les évaluations RPT, même si de nombreux professeurs consacrent la majeure partie de leur temps à l’enseignement et aux services. Les auteurs notent qu’une plus grande transparence sur le mode d’évaluation de la recherche pourrait résoudre certains des problèmes auxquels sont confrontés les universitaires et la communication universitaire. Schimanski et Alperin analysent à cet effet les documents du corpus de recherche du Project RPT afin d’aider les chercheurs à comprendre le fonctionnement du système (2018, 3). L’article souligne que, bien que la qualité perçue de la recherche soit importante pour le processus d’évaluation, faute de moyens claires et cohérentes d’évaluation de la qualité de la recherche, les metrics comme le prestige de la revue et le facteur d’impact des revues savantes sont utilisé, même s’il est largement reconnu que ces problèmes sont problématiques.

Enfin, dans las troisième publication du project RPT, « Use of the Journal Impact Factor in Academic Review, Promotion, and Tenure Evaluations », McKiernan, Schimanski, Nieves, L. Matthias, Niles et Alperin (2019) examinent la fréquence et le contexte dans lesquels le facteur d’impact de la revue est mentionné dans le corpus des documents RPT. Ils signalent que le facteur d’impact est largement utilisé comme indicateur indirect pour évaluer la qualité de la recherche, de manière explicite et implicite, même si les données factuelles laissent à penser qu’il n’ya aucune relation entre le facteur d’impact d’une publication et la qualité de la recherche publiée. L’article reprend les appels de DORA et d’autres initiatives similaires en faveur d’utilisation plus responsable de ces métriques  et de l’utilisation de métriques alternatives pour le RPT.

Réception du projet

Comme le souligne Inba Kehoe des bibliothèques de l’Université de Victoria, la recherche financée et les publications dans des revues savantes sont prestigieuses et dominante dans les processus de répétition, car les dollars consacrés à la recherche et le nombre de publications sont faciles à mesurer et à compter. L’évaluation par les pairs est au cœur de pratique savante et constitue un filtre important pour reconnaître la qualité académique.

Comme indiqué sur la page des Médias du ScholCommLab, les conclusions du projet RPT ont été largement couvertes par la presse universitaire, notamment le Peer J Blog, le Times Higher Education, le Chronicle of Higher Education en 2018 et 2019, Inside Higher Ed, et Nature. Le wikipédien honoraire en residence 2018–2019, Erin Glass, dans un chapitre de sa livre consacré aux le science ouverte, note que la partage de la recherche avec la communauté est une partie importante de la mission d’une université, et cite les résultats du projet RPT comme étant importants dans le débat sur la divergence entre les universités missions et pratiques (1), et fait référence aux conclusions du projet RPT comme étant importantes pour la discussion sur la divergence entre les missions et les pratiques des universités.

Pertinence pour le libre accès

Les résultats du projet RPT sont jusqu’à présent significatifs dans le contexte du science ouverte dans son ensemble, car, comme le soulignent Schimanski et Alperin (2018), les structures d’incitation mises en place par les facultés et les départments constituent l’un des principaux obstacles à libre accés (3). Bien que de plus en plus d’universités adoptent les pratiques de libre accès, les directives RPT tardent à se rattraper (Fleerackers 2018). Libre accès n’est mentionnée que dans 5% des documents RPT, souvent de manière négative, généralement en guise d’avertissement sur les revues prédatrices. Aucun des documents RPT examinés n’encourage les professeurs à publier leurs travaux en libre accès (Alperin et al. 2018a, Fleerackers 2018). Parce que les pratiques RPT informent où et comment les professeurs publient leurs travaux, l’équipe de projet affirme que changer ces politiques aurait des effets importants (Schimanski et Alperin, 2018, 10). Kehoe soutient que les pratiques de libre accès exigent de ré-imaginer non seulement ce qui constitue les travaux savants, mais également des critères d’évaluation appropriés. Un modèle universel ne fonctionnera pas dans les circonstances. La recherche d’un moyen équitable d’évaluer et de créditer les chercheurs publiquement engagés, parallèlement aux pratiques existantes, profitera à tous les chercheurs de l’enseignement supérieur.

Ouvrages Cités

Alperin, Juan Pablo, Carol Muñoz Nieves, Lesley Schimanski, Gustavo E. Fischman, Meredit T. Niles, et Erin C. McKiernan. 2018a. « How Significant are the Public Dimensions of Faculty Work in Review, Promotion, and Tenure Documents? » ELife. https://elifesciences.org/articles/42254.

Alperin, Juan Pablo, Carol Muñoz Nieves, Lesley Schimanski, Erin C. McKiernan, et Meredith T. Niles. 2018b. Terms and Concepts found in Tenure and Promotion Guidelines from the US and Canada, Version 3.0. Harvard Dataverse, https://doi.org/10.7910/DVN/VY4TJE.

F[l]eerackers, Alice. 2018. « Preliminary Findings from the Review, Promotion, and Tenure Study ». ScholCommLab Blog, 30 mai 2018, https://www.scholcommlab.ca/2018/05/30/preliminary-findings-from-the-review-promotion-and-tenure-study/.

Glass, Erin Rose, et Micah Vandegrift. « Public Scholarship in Practice and Philosophy » (pré-publication). CORE, Humanities Commons, 2018, http://dx.doi.org/10.17613/g64d-gd16.

McKiernan, Erin C., Carol Muñoz Nieves, L. Matthias, Meredith T. Niles, et Juan Pablo Alperin. 2019. « Use of the Journal Impact Factor in Academic Review, Promotion, and Tenure Evaluations ». PeerJ Preprints 7:e27638v2, 10.7287/peerj.preprints.27638v2.

Schimanski, Lesley A. et Juan Pablo Alperin. 2018. « The Evaluation of Scholarship in Academic Promotion and Tenure Processes: Past, Present, and Future » [version 1; évalué par les pairs: 2 approuvée]. F1000Research 7:1605, https://f1000research.com/articles/7-1605/v1.